Espace Presse

Ces kinés qui font parler d’eux – FMT MAG N°85

formation thérapie manuelle
formation thérapie manuelle

Philippe Goethals : Quel a été ton parcours professionnel ?

André Petit :

  • Première installation en association avec Françoise Devaud à 4 km d’une redoutable concurrente Françoise Mézières.
  • Bouleversante rencontre avec Raymond Sohier et création pour lui du cercle d’étude de Charente-Maritime pendant 12 ans. Tous les ténors de l’époque s’y bousculent Bénichou, Pecunia, Borsarello, Gans-Viel… Quelle chance !
  • Construction d’un service de rééducation pour 160 lits de chirurgie orthopédique de traumato-rhumato et scolioses corsetées et arthrodèsées.
  • Création de France Reval, entreprise industrielle de matériel médical de transfert pour handicapés et leader européen des baignoires grands brûlés.
  • S.U. de rééducation à Paris XII. Accident personnel sévère et large arthrodèse lombaire et cervicale.
  • Création de la première Ecole du Dos de kiné, unité de prévention en clinique chirurgicale puis indépendante et libérale depuis 1982.
  • Déconventionnement volontaire depuis 1995 et exercice à temps plein à l’Ecole du Dos.

P. G. : Que représente l’Ecole du Dos ?

A. P. :  

  • Dans le monde, les Back School fonctionnent selon des cadres juridiques et des contenus technologiques très variables.
  • La France est le pays où est identifié le plus grand nombre d’Ecoles du Dos (environ 300)
  • 90% d’entre-elles sont installées au sein même de cabinets de kinésithérapeutes conventionnés.
  • Ce concept d’exercice novateur se pratique dans un espace spécialement aménagé, parfois même très modeste en surface ou équipements.
  • Dans ces Ecoles du Dos, les praticiens dispensent des soins individuels et/ou collectifs, prescrits ou non prescrits, d’Education, de Rééducation, de Prévention en rhumatologie, en cardiologie et pour l’ensemble des troubles liés au vieillissement des os, des articulations, des muscles, du système cardio-respiratoire et de l’apparence du corps.

P. G. : As-tu des projets de développement en France ?

A. P. :  Oui, promouvoir la notion d’Ecole du Dos de kiné en proposant à tous les kinés concernés par la santé de la colonne vertébrale, de se doter d’un Espace Ecole du Dos dans leur cabinet libéral actuel avec plaque professionnelle, site internet et toute une communication pour les patients et le corps médical. Ceci fait partie du concept d’exercice que nous proposons à La Rochelle dans nos Formations.Je crois important de promouvoir la kinésithérapie collective (non remboursée donc) qui rassemble 10 à 20 patients pour une gym du dos…. Soit dynamique, joyeuse, rythmée, très neuromotrice et pour tous les âges. Soit, plus concentrative, comme beaucoup de gyms kinés qui appartiennent au patrimoine de la profession.

P. G. : Les techniques de Gymnastique Ballon et Gym Dos Mail14® que tu as mises au point sont pratiquées en Europe, au Canada et en Amérique Latine. Souhaites-tu dans l’avenir ouvrir d’autres Ecoles du Dos à l’étranger ?

A. P. : J’espère un développement en Europe des techniques Mail14® pour Ecoles du Dos. C’est au Brésil que j’observe le plus fort développement. J’ai formé 25 moniteurs brésiliens qui animent WorkShop et initiations à nos techniques dans toutes les régions de ce grand pays. Les « Escola da Coluna Mail14® » se multiplient, surtout à Sao Paulo.

P. G. : En tant qu’exposant, tu participes pour la première fois au Mondial Rééducation-Equip’salles. Pourquoi cette année ?

A.P. : C’est la deuxième fois… J’étais venu fêter les 15 ans de Mail14®. Cette année, pour notre 25e anniversaire, le stand a été animé par les anciens stagiaires et créateurs de leur propre Ecole du Dos. Ils sont venus répondre aux questions des visiteurs du salon. Jean Paul Moizeau, notre Conseil a été très questionné sur le cadre réglementaire de cette « kinésithérapie de la bonne santé ».

P. G. : Lorsque l’on parle d’André Petit, on t’assimile souvent à la société LPG Systems. Qu’en penses-tu ?

A. P. : J’ai acheté mon premier Cellu MS sur le salon Gicare, il y a bien longtemps. Une machine à masser avec 2 doigts qui tournent sur eux-mêmes… Ce que mes doigts ne savaient pas faire sur les greffes indurées des grands brûlés et autres fibroses cicatricielles à la clinique. J’ai été frappé et le constructeur aussi de tous ces changements de texture cutanée sous l’effet de « la technique LPG ». Les graisses hypodermiques se déstructuraient. L’Endermologie était en train de naître et ça m’a passionné, moi le kiné de l’orthopédie et de la scoliose, de voir que ce nouveau massage, non reproductible avec les mains pouvait soulager les douleurs et atténuer les souffrances liées au vieillissement des tissus. Cette entreprise m’a demandé d’évaluer, de créer des techniques. Nous avons beaucoup travaillé ensemble à améliorer les diverses générations de Cellu M6, j’organise d’ailleurs des formations Expert de Lipomassage lors des stages Mail14® à La Rochelle. Cette entreprise m’accorde sa confiance ce qui est réciproque !

L’Endermologie était en train de  naître et ca m’a passionné, moi le kiné de l’orthopédie et de la scoliose

P. G. : Pour toi, comment vois-tu l’avenir de la masso-kinésithérapie ?

A. P. : Brillant pour les « kinés Entrepreneurs » qui sauront rester thérapeutes, partenaires des médecins, respectueux des règles et de l’Éthique, généreux, communicants et qui sauront s’investir et se former aux techniques performantes. Enthousiasmant pour ceux qui sauront s’intéresser non seulement aux patients qui veulent se faire soigner mais aussi à ceux qui veulent se soigner en toute sécurité… dans l’Ecole du Dos de leur kiné. (400 patients permanents dans notre Ecole du Dos)

P. G. : Es-tu prêt à t’investir dans le syndicalisme professionnel ?

A. P. : Ça dure depuis 40 ans. Secrétaire de l’association des Etudiants en kinésithérapie de Paris en l957, syndiqué dans mon département depuis toujours et présent au conseil régional de l’Ordre dans l’espoir d’aider à maintenir ouverts les espaces de liberté d e l’exercice de notre profession.